?>
La prospérité de Cormery est due à Ithier, pro chancelier de Charlemagne, qui fit don à la communauté monacale de la plus grande partie de ses biens, et qui surtout obtint pour elle le statut d’abbaye, confirmé par une charte de Charlemagne. Son successeur, Alcuin, l’illustre érudit anglo-saxon, ex-précepteur de l’Empereur et Chancelier, y séjourna très souvent à la fin de sa vie, et poursuivit les donations et les privilèges.
À sa mort, en 804, un grand nombre de prieurés était, avec leurs domaines, dans l’obédience de l’Abbaye. Jusqu’à la Révolution, l’Abbaye de Cormery, bien que bénédictine, reconnut sa sujétion envers le chapitre canonial de Saint-Martin de-Tours. Sous la protection de cette institution puissante, un bourg se constitua et prospéra. La disparition de l’Abbaye sera provoquée par le déclin du clergé et de la pratique religieuse au 18e siècle. 

Le plus vénérable des édifices est le clocher de l’abbatiale, dit Tour Saint-Paul, clocher porche sous lequel passe la rue. Il a été construit au 11e siècle. Le grand réfectoire de la première moitié du 13e siècle, le logis abbatial du 15e siècle ainsi qu’une chapelle de la même époque ont été conservés.
 
Abbaye Saint-Paul
France
47° 16' 7.9284" N, 0° 50' 9.8592" E
FR
Facebook Twitter